LE NIGERIA DOIT PROTÉGER SA FILIÈRE BÉTAIL

LE NIGERIA DOIT PROTÉGER SA FILIÈRE BÉTAIL

L’agence qui régularise les stations de radio et les chaînes de télévision au Nigeria (la National Broadcasting Commission) a accordé une licence d’opérer une radio à la Commission nationale pour l’éducation des nomades. Objectif : développer et gérer des programmes de sensibilisation à l’éducation des nomades.

Cette démarche fait suite à la promesse du président Muhammadu Buhari de mettre fin aux affrontements sanglants entre les nomades foulanis et les agriculteurs. En effet, ces affrontements ont pris des proportions alarmantes depuis l’année dernière. Des présumés Foulanis lancent des attaques dans plusieurs parties du pays, avec à la clé des centaines de morts depuis le début de l’année. La dernière en date remonte à mi-juillet, quand des présumés nomades ont attaqué trois villages dans l’État de Sokoto, dans le Nord-Ouest du Nigeria, faisant au moins 37 morts. Ces attaques, selon des observateurs, pourraient à l’avenir entraîner la famine au Nigeria. Et pour cause, les agriculteurs dans plusieurs parties du pays abandonnent leurs fermes de peur d’être attaqués.

Le secteur agricole déjà impacté

Apparemment, ce projet est noble, car cette radio permettra d’atteindre les nomades qui sont pour la plupart analphabètes. Et là où ils se trouvent, puisqu’ils sont en permanence en déplacement. Cela dit, certains observateurs avertis estiment que ce projet n’est pas certain de mettre un terme aux attaques contre les agriculteurs. Et pour cause, la manière dont ces attaques sont menées fait davantage penser que ce sont de purs terroristes plutôt que des nomades. Aussi, l’association des éleveurs du Nigeria, Miyetti allah, continue de crier haut et fort que ces actes ignobles ne sont pas perpétrés par ses membres. Dans certains milieux, on pense qu’il pourrait s’agir de membres de la secte Boko Haram : chassés de la forêt Sambisa, leur fief, ils se seraient infiltrés dans la société pour déstabiliser le pays…

Voilà pourquoi le Gouvernement nigérian doit mettre en état d’alerte maximum ses agences de sécurité, surtout le service d’intelligence, pour mener une enquête minutieuse afin d’appréhender ceux qui se cachent derrière ces attaques. Car, à ce jour, personne n’a été arrêté. Sinon, cette situation sera, à terme, préjudiciable à la filière bétail et par ricochet au secteur agricole tout entier. Des États tels que l’État de Benue, au centre, ont promulgué des lois interdisant la mobilité du bétail. Cela affecte déjà la production laitière puisque le gouverneur de la banque centrale du Nigeria, Godwin Emefiele, a récemment tiré la sonnette d’alarme sur le fait que le Nigeria dépense « plus de 120 millions de dollars chaque mois pour importer du lait dans le pays ». Raison pour laquelle le Gouvernement fédéral doit agir vite pour sauver la filière bétail et permettre sa mobilité à travers le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *